Reconnaissance des titres de compétence

Emploi en tourisme : reconnaître les titres de compétence

À la recherche de nouvelles solutions

RH Tourisme Canada mène des recherches, teste de nouveaux projets et entreprend des initiatives en partenariat avec diverses organisations dans le but de provoquer des changements systémiques susceptibles de favoriser la mobilité des travailleurs et des apprenants, que ce soit au pays ou à l’échelle internationale.

Pour de plus amples renseignements sur ces activités, choisissez l’un des sujets ci-dessous.

Comme de nombreux autres secteurs, le tourisme est aux prises avec une grave pénurie de main-d’œuvre qui menace à la fois les entreprises, et la productivité, la prospérité et la compétitivité du Canada.

Pour être concurrentiel sur le marché international actuel, notre pays a besoin de la disponibilité continue de travailleurs qualifiés et compétents, qu’ils soient Canadiens ou étrangers. Cette disponibilité repose sur la mobilité de la main-d’œuvre et des apprenants. Le manque de mécanismes systémiques interprovinciaux et internationaux pour la reconnaissance des titres de compétence, notamment en ce qui concerne les emplois non réglementés, constitue l’un des principaux obstacles à la mobilité.

Le gouvernement fédéral s’efforce de remédier à la situation en améliorant notre capacité collective à reconnaître les titres de compétence étrangers. Par le moyen de recherches et de partenariats, RH Tourisme Canada vise à faciliter le changement systémique qui améliorera les processus de reconnaissance des titres de compétence étrangers, notamment dans le secteur touristique.

Que désigne exactement la notion de « reconnaissance des titres de compétence »?

La reconnaissance des titres de compétence désigne simplement le processus qui consiste à vérifier et à évaluer, de manière juste, cohérente, transparente et rigoureuse, les aptitudes et les titres et diplômes que possède une personne.

Cette définition de la reconnaissance des titres de compétence est relativement nouvelle. Auparavant, les titres de compétence désignaient généralement l’apprentissage formel et le niveau d’études (p. ex. : désignation professionnelle, grade ou diplôme). C’est pourquoi les mécanismes de reconnaissance des titres de compétence pour les niveaux de scolarité et les attestations existent déjà en ce qui concerne les professions réglementées comme la médecine et l’ingénierie ainsi que de nombreux métiers. En mettant l’accent sur l’apprentissage formel, on a toutefois négligé grandement les professions non réglementées.

Si le secteur du tourisme canadien décide d’établir une véritable mobilité de la main-d’œuvre pour ses emplois non réglementés, c’est-à-dire pour plus de
400 fonctions de travail, nous devrons nous munir de meilleurs mécanismes pour évaluer, comparer et reconnaître l’apprentissage informel et non formel comme l’autoformation, l’enseignement en milieu de travail, la formation et l’expérience.

Autrement dit, nous devons passer d’un système reposant sur les attestations à un système axé sur les compétences.

Haut de la page

Avantages d’un système axé sur les compétences

Le principal inconvénient que comporte un système reposant sur les attestations est le trop grand nombre de différents types et sources de titres de compétence.

En règle générale, les attestations de compétence sont liées à l’institution émettrice. Qu’il s’agisse d’un certificat d’une chaîne hôtelière ou d’un diplôme d’hospitalité émis par un collège en particulier, chaque titre de compétence est autonome et, trop souvent, il est difficile d’établir une correspondance entre tous ces titres.

De plus en plus, les intervenants du milieu de l’enseignement, du gouvernement et de l’industrie se rendent compte que cette difficulté entrave non seulement la reconnaissance des titres de compétence, mais également la mobilité de la main-d’œuvre et des apprenants.

À la fin de la journée, les employeurs ont simplement besoin de savoir si les candidats possèdent le niveau d’étude et l’expérience nécessaires — les titres de compétence —  pour le poste qu’ils convoitent.

Lorsque des mécanismes précis et fiables sont en place et permettent aux employeurs d’évaluer les aptitudes et les titres de compétence, tout le monde est gagnant : les employeurs ont accès à un nombre supérieur de candidats qualifiés, et les candidats ont accès à des postes qui correspondent à leurs compétences.

Haut de la page

Création d’un modèle systémique de reconnaissance des titres de compétence étrangers (RTCE)

Le programme de reconnaissance des titres de compétence étrangers du gouvernement fédéral a pour but d’effectuer un changement systémique partout au Canada en améliorant notre capacité collective à reconnaître les titres de compétence étrangers.

RH Tourisme Canada s’efforce d’appuyer ce changement de plusieurs façons.

Nous collaborons avec les autres conseils sectoriels et les intervenants à l’échelle nationale.

Nous favorisons de bonnes pratiques en entreprenant des activités de reconnaissance des titres de compétence mutuellement avantageuses avec les établissements d’enseignement et les employeurs.

En nous efforçant d’accroître la mobilité de la main-d’œuvre et des apprenants, nous espérons créer des occasions pour les travailleurs individuels et raffermir leur confiance à l’égard des avantages de l’éducation permanente.

Haut de la page

Recherche et projets pilotes

Au cours des dix dernières années, un certain nombre d’études se sont penchées sur le problème des règles d’équivalence et sur les façons de reconnaître les acquis. Par exemple, des études récentes donnent à penser qu’un modèle axé sur les compétences pourrait être adopté avec succès non seulement par le secteur touristique, mais également par d’autres secteurs d’activité et d’autres pays.

À l’heure actuelle, RH Tourisme Canada mène des recherches et entreprend des projets pilotes pour développer et tester des systèmes et des outils qui serviront à la fois à l’évaluation axée sur les compétences et à la reconnaissance des titres de compétence. L’objectif consiste à utiliser les résultats afin de faciliter l’intégration des travailleurs formés à l’étranger à la main-d’œuvre du secteur touristique canadien.

Renseignez-vous sur nos initiatives en matière de recherche!

Haut de la page

Travailler ensemble

RH Tourisme Canada établit des partenariats de collaboration avec divers organismes afin d’effectuer un changement systémique et d’accroître la mobilité de la main-d’œuvre et des apprenants, à la fois à l’échelle nationale et internationale.

En travaillant ensemble, nous pouvons viser des objectifs communs, entreprendre des activités complémentaires et améliorer la communication avec les intervenants.

  • Participez-vous à l’évaluation et à la reconnaissance des acquis?
  • Êtes-vous intéressé par la question de l’admissibilité à la reconnaissance des crédits et des apprentissages?
  • L’articulation des programmes fait-elle partie de votre liste de choses à faire?
  • La question de la reconnaissance des titres de compétence vous empêche-t-elle de dormir?

Dans l’affirmative, nous aimerions recevoir vos commentaires!  Nous joindre

Vous trouverez ci-après des exemples de quelques-uns de nos projets de collaboration.

Haut de la page

Partenariats avec RH Tourisme Canada partout dans le monde

World Education Services et RH Tourisme Canada travaillent en collaboration dans les domaines de l’évaluation des titres de compétence et de l’évaluation des aptitudes afin de faciliter l’embauche et la formation de travailleurs formés en tourisme à l’étranger.

Le Centre d’information canadien sur les diplômes internationaux (CICDI) et RH Tourisme Canada font équipe pour divers projets connexes. Par exemple, le CICDI  présente maintenant le profil de nombreuses professions non réglementées, y compris celles du secteur touristique.

L’Association des collèges communautaires du Canada (ACCC) et RH Tourisme Canada  travaillent ensemble en vue de créer un système canadien de reconnaissance des apprentissages. Par le moyen du Projet canadien d’intégration des immigrants de l’ACCC, RH Tourisme Canada fait également la promotion du secteur touristique et facilite l’évaluation et la formation d’immigrants éventuels provenant des Philippines, de l’Inde et de la Chine.

RH Tourisme Canada travaille en étroite collaboration avec les intervenants du programme de reconnaissance professionnelle CARIBCERT, conçu pour le secteur touristique des Caraïbes, en vue d’assurer la réciprocité entre les Caraïbes et le Canada et d’améliorer la mobilité de la main-d’œuvre.

La Federation of Dining Room Professionals et RH Tourisme Canada travaillent ensemble pour assurer l’articulation du programme et accroître la mobilité de la main-d’œuvre dans le secteur de la restauration.

Le groupe Services Sector Education and Training Authority et RH Tourisme Canada travaillent en collaboration pour l’émission d’attestations et la reconnaissance des qualités requises et des normes applicables à la gestion des activités spéciales. Dans le cadre de ce projet, le Event Management Body of Knowledge Executive (EMBOK) et RH Tourisme Canada ont établi un partenariat pour bâtir le cadre de l’EMBOK en vue d’harmoniser l’ensemble des normes applicables à la gestion des activités spéciales.

Haut de la page