L’offre et la demande de main-d’œuvre en tourisme

Nouveau rapport sur l’offre et la demande de main-d’œuvre en tourisme est maintenant disponible

Résultat essentiel : les problèmes de main-d’œuvre menacent la croissance du tourisme

Ce rapport présente des résultats liés à la mise à jour 2015 de l’étude sur l’offre et la demande de main-d’œuvre en tourisme qui quantifie les répercussions des tendances démographiques et économiques à long terme sur l’offre et la demande de main-d’œuvre dans le secteur du tourisme au Canada. Les résultats suggèrent que les problèmes de main-d’œuvre représentent une menace réelle et grandissante risquant de réduire le potentiel de croissance du secteur touristique.

Le rapport complet et le résumé national sont maintenant offerts sur notre site Web emerit.ca. Le résumé national est une publication gratuite de RH Tourisme Canada.
 
Avec des données réparties par sous-secteur, par ville, par province et par profession, les points saillants du rapport sont notamment les suivants.

• Les dépenses liées aux biens et services touristiques au Canada pourraient passer de 167 milliards de dollars en 2010 à plus de 287 milliards de dollars en 2035.
• La demande de main-d’œuvre pourrait passer de 1,6 million d’emplois en 2010 à 2,29 millions d’emplois en 2035, soit une hausse de 41 pour cent.
• Une croissance de l’offre de main-d’œuvre de 25 pour cent est anticipée pour cette même période.
• D’ici 2035, 240 000 emplois potentiels en tourisme pourraient demeurer vacants en raison d’un manque de main-d’œuvre. 
• Le sous-secteur de la restauration pourrait avoir un manque à combler de 102 257 emplois d’ici 2035.
• Quelque 11,3 pour cent des emplois potentiels dans le secteur de l’hébergement pourraient être vacants au cours des 20 prochaines années.
• Les prévisions suggèrent que les régions rurales et éloignées seront plus fortement touchées par les pénuries de main-d’œuvre. 
• Des hausses salariales pourraient partiellement réduire l’écart entre la demande et l’offre de main-d’œuvre, mais limiteraient aussi la croissance du secteur en raison de la hausse des coûts et des prix qui en découlerait.